Du courage

Je vous écris ce post pour vous envoyer toute ma force à vous qui tentez d’arrêter cette drogue, qui tenter de passer au dessus de cette dépendance.
Je veux juste vous faire part de ma réussite et je le fais ici car lire des posts de la tribu a J3, J7, m’a terriblement aidé. Alors je veux tendre la main moi aussi et tenté d’apporter un peu d’espoir je l’espère à toi, qui lira ce message et qui sera peut-être dans la difficulté.
Saches que j’ai vécu, ces crises d’angoisse, de panique, de cris, de larmes, de manque, d’envahissement de la pensée à n’avoir que la cigarette en tête.
Mais saches que ça passe. Si, je t’assure.
Les quinze premiers jours sont les plus durs.
Mais il faut tenir bon. La satisfaction n’est que plus grande ensuite.
Pour ma part j’ai utilisé des patchs les premiers jours puis des pastilles puis le mental de par mes motivations premières a fait le job sans artifices autour. Car si il y a quelque chose qui m’a aidé c’est une liste que j’ai fais des points positifs et négatifs de la cigarette…
Et sans étonnement je n’ai pas pu remplir un point positif…

Si jamais tu as envie d’en parler ou si ma liste des motivations vous intéresse…

Je suis à 32 jours, mais surtout. Je sais au fond de moi que il y a 32 jours c’était la dernière cigarette

3 « J'aime »

@marieka félicitations et merci pour ton message
Je suis à 5 j et je suis stressé, angoissée et je ressens des crampes musculaires avec des nausées. En gros physiquement c’est pas le top.
Mais moralement je me sens plus forte et fière de moi.

Merci pour ton message, je suis preneuse de tous les conseils.
Quelle est ta liste de motivations ?
:hugs::hibiscus::hugs:

1 « J'aime »

Indéniablement, l’odeur du tabac sur soi, sur les mains, les habits, mais plus que tout l’haleine !Ne plus ressentir de mauvaise haleine a différents moments de la journée…
Car il faut le dire, avoir une haleine amer même deux heures après une cigarette ça laisse imaginer l’état des poumons…
Je fumais 15 cigarettes par jour depuis 13 ans.
J’ai passé deux tentatives d’arrêt avant celle ci.
Mais les échecs étaient liés inconsciemment à des croyance un peu lié à la société que ça rend plus sociable, que ça s’associe à l’alcool, que c’est plus sexy (oui, rappelez vous des photos de pub, le mannequin et la clope a la main…), Qu’être en terrasse dit forcément défoncer un paquet en une après-midi.
Alors que :
Ca nique une santé, les poumons, et ça pue, qu’il y a t’il d’attirant a l’idée de penser à ça ?
La confiance en soi que la réussite de l’arrêt apporte ! « J’ai réussi. J’ai été plus forte. J’ai réussi à me défaire de cette drogue »
Les dents. Qui blanchissent.
Avoir bonne mine
Respirer mieux
Pouvoir marcher vite sans souffrir des poumons petits qui manquent d’air.
Gagner de l’argent et économiser beaucoup d’argent (argent que je ne mettais même pas dans mon calcul de budget mensuel avant tellement c’était ancré en moi de dépenser pour un « paquet »)
Se libérer d’une angoisse quand le paquet est vide, quand l’heure de la prochaine clope arrive et que finalement on ne pourra pas la fumer,
Être libre de passer une journée comme je l’entend sans avoir à m’arrêter pour aller fumer
Ne pas déranger les amis non fumeur
Puis comprendre que la gestion du stress passe dans la tête et que la clope ne déstresse pas, cela n’apporte qu’une dose de dopamine et sérotonine (les hormones du bonheur) (donc on trompe notre propre cerveau) et cela ne dure jamais plus que deux heures
Réfléchissez, quand une situation est stressante, fumer ne vous fait que faire autre chose pendant 2 minutes. Mais le soucis, l’événement stressant, énervant, est il réglé ? Non et celui-ci va perdurer
Vous aurez trompé votre cerveau avec un faux bonheur, pendant ce temps le soucis continue, et vous vous ajoutez un autre soucis qui est celui de votre santé et financier !

Et surtout se rappeler que c’est un faux besoin, que ceci n’existe pas. Que cette sensation de ne plus pouvoir vivre sans est une sensation tronquée par l’addiction.
Nous naissons avec le besoin de manger, boire, d’affection mais la cigarette ne doit pas faire partie de nos vies. Le goudron ne doit pas faire partie de nos poumons…

Les angoisses passent je vous le promet, concentrez vous sur vous.
Sur ce que vous méritez.
Il est temps de vous faire du bien. De vous respectez.
Vous pouvez y arriver.
Vous avez le droit de pleurer, faites vous aider par les substituts pour diminuer les crises de manques et soyez patients et indulgents avec vous même. Il faut du temps. :pray:

Force à tout le monde. :heart::heart::heart::heart:

3 « J'aime »

Ton témoignage m’apaise. Effectivement je regarde les témoignages de la tribu comme toi, lorsque mon envie de fumer s’immisce dans mon esprit et ça me redonne de la force.
Merci et bravo pour ce superbe temoignage :slightly_smiling_face::star_struck::muscle:

1 « J'aime »

Bonjour :slight_smile:
Félicitations pour tes 32 jours :confetti_ball: :tada:
C’est très bien de faire la liste de pour et contre :wink:
Bonne journée noclope

1 « J'aime »

Bravo et un grand merci pour ce partage.
Tu es dans la pleine conscience des choses.
Je ressens aujourd’hui l impression d’avoir vécu dans le mensonge pendant 37 ans. 37 ans a croire que j’étais cool à fumer ma cigarette (c’était surtout un joint) je fumais 6 à 8 joints par jours et je disais : 1 c’est du naturel, 2 ça me relaxe et 3 ça me permet de supporter cette société que je ne comprends pas.

Je réalise que: 1 il n’a rien de naturel dans la cigarette puisque j’en avais besoin dans mon mélange, 2 s’était surtout un excitant et 3 ça m’a coupé du monde réel.

J’avais l’impression de faire partie d’une communauté qui prônait la paix et le partage mais en fait j’engraissais un réseau des plus violent.

Comme tu le dis si bien, en allant fumer, j’avais l’impression de me calmer mais en fait je ne faisait que temporiser le mal était toujours là.
Je suis passé à coté de poste à responsabilité à cause de ce fléau et je pensais que c’était toujours de la faute des autres.

Cela fait 6 j que j’ai arrêté et déjà ma famille me regarde avec plus de fierté et m’encourage. Je n’ai jamais vu ma mère être aussi prévenante avec moi.

Je suis fière de moi et comme tu le dis je ne me rendais pas compte que je mettais 350 par mois dans ces bêtises sans compter les briquets que je me faisais taper régulièrement.

Force et honneur à toi :hibiscus::hugs::hibiscus:

1 « J'aime »